NOS COLLECTIONS

SHIBORI

WAX

La Collection "C’est le WAX" s’inspire de la mode Africaine en utilisant du wax, tissu symbole de l'Afrique subsharienne également empreint d’Histoire et de traditions. Le wax est un tissu en coton, imprimé des deux côtés grâce à un système de cire (wax en anglais). Si le wax est associé à l’Afrique, c’est en Indonésie que la technique a vu le jour. À la fin du XIXème siècle, les colons britanniques et hollandais découvrent puis exportent la méthode d’impression des batiks javanais. L’Afrique l’adopte et en fait son emblème vestimentaire. 

Ainsi, la fabrication du wax, véritable melting pot d’influences, est la rencontre féconde d’un mix de traditions textiles indonésienne, hollandaise et africaine. Elle reprend la technique du batik traditionnel de façon mécanique : une réserve de cire est appliquée dans les interstices de deux rouleaux de cuivre sculptés selon les motifs à appliquer. Le tissu, ainsi protégé par des motifs de cire, est trempé dans une teinture à l’indigo, puis séché à l’air. Les couleurs secondaires sont ensuite appliquées à la main ou imprimées directement avec des planches.

La collection "SHIBORI" est designée avec un tissu japonais 100% coton qui s’inspire de la technique ancestrale du shibori. Aujourd’hui, les techniques modernes de confection de tissu ont évolué mais l’art textile occupe toujours une place particulière dans la culture japonaise. Dans l’archipel nippon, la conception de tels tissus s’inscrit dans une tradition ancestrale d’une grande richesse, héritière d’un savoir-faire artisanal unique.


Le procédé de fabrication « shibori » date du VIIème siècle et a été retrouvé en Chine, en Inde mais également au Pérou. Au Japon, cette technique textile s’est imposée comme un art. Jadis, les tissus shibori, réputés pour la beauté de leurs impressions alliée à la finesse des broderies, ornaient les vêtements des samouraïs mais aussi les kimonos des geishas à l’ère Edo. Aujourd’hui, ils illuminent nos sweats M.D.T.


Le terme "shibori" provient du terme japonais "shiboru" qui signifie tordre, presser. Il existe de nombreuses techniques pour pratiquer l’art du shibori, elles se divisent principalement en trois catégories : les nœuds, la couture et le pliage afin d’empêcher la teinture de se déposer sur certaines zones du tissus et ainsi créer des motifs. Sur le tissu que nous utilisons, nous retrouvons également de fines impressions et broderies qui mettent en avant l’oiseau national du japon : la grue. Avec le dragon et la tortue, la grue est l'un des trois animaux mythiques dans la culture japonaise.

KALAMKARI

La collection KALAMKARI est designée avec un tissu traditionnel Indien, 100% coton fabriqué à Jaipur.

 

Les tissus Kalamkari sont originaires de la région de l’Andhra Pradesh (Inde du Sud). Kalam est un mot d’origine persane, qui veut dire « pinceau » ou la brosse et « kari » la main. Il s’agit d’un art très ancien qui a connu son apogée dans le riche royaume de Golconde au Moyen-Âge, grâce au développement des échanges commerciaux avec la Perse. Les tissus kalamkari racontent des histoires qui sont généralement tirés de la mythologie hindoue, de la nature (fleurs, animaux) et de la vie quotidienne.  

La fabrication du kalamkari nécessite de la patience de la persévérance et des longues semaines de travail. La première étape consiste à « blanchir » le coton. La toile de coton écru est d’abord soigneusement plongée dans une solution faite avec le jus d’une plante appelée « myrobalan ». Ce procédé permet de donner à la toile de coton les qualités nécessaires pour fixer les couleurs.

 

Deuxième étape, la réalisation des dessins : les dessins sont réalisés à la main, à l’aide d’un bambou taillé, muni d’un petit réservoir de teinture végétale ou bien ils sont sculptés sur des planches de bois pour être ensuite imprimés sur la toile de coton. 


Troisième étape, les couleurs sont appliquées les-unes après les autres. Les teintures sont fabriquées à partir de végétaux. Le bleu tire ainsi sa couleur de la fleur d’indigo et le jaune du safran par exemple. 

Pour cette collection. nous avons choisi un tissu 100% coton, fabriqué main. Les teintures utilisées sont végétales. Les motifs sont réalisés sur des planches en bois avant d’être appliqués sur les toiles de coton. Ce tissu s’inscrit dans cette tradition textile et un savoir-faire ancestral.

NOS ANCIENNES COLLECTIONS

TAYRO BATA

Pour cette collection également d’inspirations japonisantes, nous avons opté pour un tissu 100% coton, qui utilise la technique de tissage « armure toile » qui fait passer le fil de trame alternativement sur, puis sous un fil de chaîne, et ainsi de suite.Le type de motif que nous avons choisi est appelé "TAYRO-BATA" on y retrouve tous les éléments de l’univers de la pêche.

 

 

"TAYRO-BATA" signifie littéralement "drapeau à grosse prise » et était utilisé par les pêcheurs pour signifier qu’ils venaient d’effectuer une très belle pêche. Chaque armateur avait son propre "Tayro Bata", ce drapeau est un héritage familiale et se transmet au sein de la famille.Cet artisanat traditionnel japonais est toujours préservé aujourd'hui, les drapeaux Tayro-Bata sont utilisés comme ornements décoratifs sur les navires, ainsi que pour les festivals et les événements propre à l’univers maritime.

SEIGAIHA

La collection SEIGAIHA est designée avec un tissu 100% coton qui nous vient tout droit du Japon. Ce tissu est directement inspiré des estampes du peintre japonais Hokusai « Trente-six vues du Mont Fuji ». On y distingue la célèbre vague « kanagawa » ainsi que la silhouette enneigée du Mont Fuji en fond.

L’iconographie choisie par Hokusai fait écho notamment aux motifs Seigaiha utilisés depuis plus de 1000 ans au Japon (il serait apparu au 6ème siècle). Le Seigaiha représente les vagues de la mer bleue ondulant à l’infini et exprimant l’éternité. On remarque encore une fois l’omniprésence de l’eau et de la mer dans la culture traditionnelle Japonaise.

 

Ce motif « seigaiha » trouve son origine en Perse pendant la dynastie des Sassanides (III-VIIe s.) et arrive au Japon via la route de la Soie durant la période Asuka (VI-VIIe s.). Le mot « seigaiha » désigne à l’origine une danse au cours de laquelle deux danseurs reproduisent par le balancement de leurs longues manches de kimono, le mouvement des vagues. Ce motif nous donne une impression d’infini rappelant le flot continu des vagues de l’océan.

 

Très graphique ce motif de «vagues de la mer bleue» selon la traduction littérale est aujourd’hui une icône de la pop culture qui nous a beaucoup inspiré pour cette nouvelle collection.

Paiement 100% sécurisé

Livraison 7 - 21 jours

Retours gratuits sous 14 jours

memoiredetissus@gmail.com

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram
0